Procès IAAF : Lamine Diack malmené par la partie civile

0
84

Après une pluie de questions qui a semblé l’avoir déboulonné, Lamine Diack dont le procès se déroule à Paris pour une affaire de corruption alors qu’il était président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) peut souffler ce mardi 16 juin à cause de la pause qui est observée. Mais déjà la veille, M. Diack qui est accusé en même temps que son fils qui s’est fait représenter au procès par ses avocats, estime ne plus se souvenir ou encore «pas au courant » d’un certain nombre d’agissements de son fils.

Sa ligne de défense sur la question de l’implication ou non de ce dernier se matérialise lorsque l’avocat de la partie civile de l’IAAF lui demande s’il n’avait pas reçu 620 000 euros de son fils en 4 ans et la raison de ces versements. A ces questions, il a répondu : «Je ne me rappelle pas à quoi ça correspond».

Quant aux nombreuses casquettes de Diack-fils dont ceux de consultant d’une entité qui négociait un sponsor avec l’IAAF alors qu’il était au même moment consultant dans cette institution ? Mal à l’aise, l’ancien dirigeant de l’athlétisme mondial reconnait : «Dans ce cas-là, ça pose problème».

Leave a reply