CONTRIBUTION: Des télévisions du Sénégal violent impunément la Loi sur les langues nationales et s’entêtent!

0
40

« Par respect pour nos langues nationales et notre culture, Cheikh Anta Diop et Ousmane Sembène avaient défié l’autorité de Senghor et choisi d’écrire:

 « Siggi » et « Ceddo« !

J’aime bien les télévisions du Sénégal, car elles jouent incontestablement un grand rôle dans le droit à l’information, l’éducation et les loisirs de notre peuple. C’est la raison pour laquelle, je réponds souvent favorablement à leurs invitations. Je dois toutefois avouer que ces jours-ci, je suis très en colère contre la plupart des télévisions du Sénégal pour la simple raison que je ne leur pardonne pas la légèreté et la désinvolture avec lesquelles elles violent impunément la loi n° 77-55 du 10 avril 1977 relative à l’application de la réglementation en matière de transcription des langues nationales et le décret d’application n° 2005-992 du 21 octobre 2005, relatif à l’orthographe et la séparation des mots en wolof.

Comme pour toute nation civilisée et bien organisée, l’État du Sénégal a eu le mérite d’initier la codification des 27 lettres l’alphabet Wolof en 1971. L’Etat a également pris ses responsabilités en codifiant 22 langues nationales fixant ainsi le cadre légal relatif à la transcription des mots de la langue wolof qui, faut-il le rappeler, est la langue la plus utilisée dans la publicité et la propagande au Sénégal. Ma colère s’est encore réveillé ces jours-ci quand je suis tombé sur le titre d’une nouvelle émission de la TFM « Wagne bi » (sic), au lieu de « Waañ wi« . J’ai essayé de décrypter cette expression bizarre et me suis rendu compte que pour les auteurs de cette faute, il s’agissait bien de ce que les français appellent « la cuisine ». J’ai trouvé la faute énorme et révoltante dans la mesure où elle a été commise par la célèbre chaîne TFM qui, à ses débuts, a toujours brillé dans l’usage et la promotion du wolof avec le leadership de nos amis Elhadj Assane Guèye, Mamadou Mouhamed Ndiaye et le Dr. Massamba Guéye!

Il m’est souvent arrivé d’attirer l’attention de patrons de presse et autres journalistes sur la prolifération des fautes d’orthographe en wolof dans le titrage des émissions. Malheureusement, ils font souvent le mort, la sourde oreille et ne prennent aucune mesure corrective. Ainsi, les fautes persistent et la violation de la loi perdure. Quelques exemples pourraient être livrés à votre appréciation. Au lieu de « Jakaarlo« , TFM devrait écrire « Jàkkaarloo« . Au lieu de « Wagne bi » TFM devrait écrire Waañ wi« . Au lieu d’écrire « Gis-gis« , TFM « Guis-guis » et SEN TV aggrave la faute en écrivant « Guiss-guiss« . Au lieu d’écrire « Kër gi », la 2STV préfère la faute en validant « Keur gui« . En plus, dans le générique de l’intéressante émission « Nawoon » de Khadim Samb « notre ami de tous les temps », la 2STV persiste à écrire  « Khew khew« , au lieu de « Xew-xew« , « kii moy » au lieu de « Kii mooy« . Walf TV a préféré la facilité avec les formules fautives comme « Diomet » au lieu de « jommet » et « Tektal » au lieu de « Tegtal« .

La RTS, la chaîne leader, malgré ses efforts remarquables dans le respect de l’orthographe wolof, continue de nous servir « Tekh-Tekh » au lieu de « Tex-Tex« , ainsi que « Mbettel » au lieu de « Mbetteel ». La nouvelle chaîne ITV bien que figurant parmi les meilleures dans le respect des langues nationales, nous a servi sans hésiter le titre « Yété » au lieu de « Yeete« . La télévision ITV et son émission « Joyanti » animée par notre ami Abdou Lahat Kâ méritent de chaleureuses félicitations pour ses efforts dans l’usage et la promotion de la langue Wolof.

Après cette petite liste non exhaustive des télévisions qui massacrent impunément le wolof et vénèrent les langues étrangères en particulier le français, je voudrais terminer par déplorer la faute la plus fantaisiste qui nous a été généreusement servie par nos amis de la 2STV durant la campagne de lutte contre Covid 19. Ce fameux slogan a été ainsi libellé: « Took léén séén këur » au lieu de: « Toog leen seen kër« . Chaque mot comporte une faute!

Je suis toujours scandalisé quand les auteurs de ces messages truffés de fautes et de non sens donnent l’argument suivant: « Si nous respectons l’orthographe wolof, le public ne saura pas lire! ». Quel honte! Pourquoi donc le français écrit: « femme » et nous fait lire « fame »? Pourquoi donc le français écrit « chlore » et nous fait lire « klore »? Est-ce que l’Allemand se souci de nous en écrivant « Achtung » (Attention)?

Le massacre du wolof ne se limite pas à l’orthographe. Les cas graves se retrouvent abondamment dans les paroles des journalistes, animateurs et autres, des paroles truffées de fautes, de non-sens et de contresens! Il convient de rappeler que dans la langue wolof, objet de ma contribution, l’usage inapproprié d’un article, peut changer totalement le sens d’un mot ou la nature de l’objet visé. En effet, quand on dit « xar bi » cela signifie un récipient en bois, pour le wolof de Thioumadé Nguéyène ou de Thilmakha. Si l’on veut désigner le mouton, il faudrait alors dire : « xar mi » et pourtant seuls les articles ont changé. En wolof, un article qui varie peut changer totalement la nature de ce qu’on dit ou de ce qu’on veut.

Quand la langue étrangère française qui nous a été imposée ne comporte que 2 articles: « le » et « la« , la langue nationale Wolof en compte 8 (huit): « bi; si; mi; gi, ji; wi; li; ki ». Tout article mal placé peut fondamentalement changer le contenu de ce qu’on dit ou signifier le contraire de ce qu’on voudrait dire!

L’histoire récente du Sénégal nous rappelle ce jour inoubliable où Cheikh Anta Diop et Ousmane Sembène, par patriotisme et respect pour nos langues nationales et notre culture, avaient défié l’autorité de Senghor et choisi d’écrire: « Siggi » et « Ceddo« , conformément à la phonétique avec énergie articulatoire. Pour sauver son journal, interdit par le régime de Senghor du fait de l’orthographe du titre, Cheikh Anta a toujours refusé la faute imposée par Senghor, mais il préféra dénommer son journal « Taxaw » ce qui du reste, était la résultante de « Siggi »!

De son côté, Ousmane Sembène a maintenu avec juste raison, l’orthographe du titre de son célèbre film « Ceddo ». Pour raison d’orthographe, ce film a été arbitrairement interdit de projection jusqu’au départ de Senghor. Là également, le doyen Ousmane Sembène, en vrai patriote, a tenu à respecter l’orthographe des mots Wolof jusqu’au bout!

Sur la base de ces exemples de patriotisme et de respect de nos langues nationales et de notre culture, je voudrais m’adresser très amicalement aux patrons de presse, en particulier aux responsables de télévisions. Je les invite fermement à respecter et à faire respecter la loi n° 77-55 du 10 avril 1977 relative à l’application de la réglementation en matière de transcription des langues nationales et le décret d’application n° 2005-992 du 21 octobre 2005, relatif à l’orthographe et la séparation des mots en wolof, ainsi que tous les textes règlementaires similaires. On ne s’amuse pas avec une langue nationale. Elle est le véhicule et le support fondamental de nos traditions, de notre histoire et de notre culture. Une langue nationale est un patrimoine sacré que nul n’a le droit de bafouer!

Aucune chaîne de télévision n’aurait osé malmener la langue étrangère française avec autant de légèreté et de désinvolture que ce qui se fait avec le Wolof! Aucun journaliste n’aurait osé dire en ouvrant son journal télévisé: « Mon télévision vont te présenter sa journal de la soir« . Que personne ne rigole, s’il vous plait! Les fautes qui sont quotidiennement commises en Wolof sont encore beaucoup plus ridicules et stupides que ce français galimatias qui ferait éclater de rire ou de colère tous les francophiles!

J’invite avec insistance le CNRA et notre ami le Président Babacar Diagne à prendre en main cette question d’intérêt national. En effet, quand il s’agit de violation d’une loi de la République, acte assimilable à une trahison de nos valeurs et de notre culture, le CNRA est parfaitement fondé à s’autosaisir et à faire régner l’ordre et la discipline dans l’usage, l’orthographe et la séparation des mots dans nos langues nationales!

S’agissant des patrons de presses et journalistes qui ont encore une fibre patriotique et qui respectent les Sénégalais et nos langues nationales, je recommande vivement le « Dictionnaire Wolof – Français et Français – Wolof »  de l’éminent linguiste le Dr. Jean-Léopold Diouf (Éditions Karthala. 591 pages) et celui de Aram Fal avec son index Français – Wolof (Edition Karthala). Je n’oublie pas le « Lexique scientifique bilingue » Français – Wolof/Wolof – Français (Editions Osad) de Cheikh Anta Diop. Ce sont des ouvrages utiles à ceux qui veulent bien se conformer à l’orthodoxie du Wolof codifié.

Il est bon de savoir que quand un journaliste communique en commettant des fautes de Wolof, c’est comme s’il disséminait une épidémie, l’auditeur ou le lecteur non averti a tendance à l’imiter et cela entache la pureté de notre langue et contribue inéluctablement à sa déliquescence.

 

Moumar GUEYE

Écrivain

Président PEN Sénégal

Grand-Croix de l’Ordre du Mérite

E-mail: moumar@orange.sn/

Leave a reply